Adresse aux lycéens

L’éducation est un combat !

La rentrée de septembre 2011 est une nouvelle fois marquée par des suppression massives de postes dans l’Education Nationale. Comme l’année dernière, c’est 16 000 emplois de professeurs que le ministère ne renouvelle pas, aggravant ainsi un peu plus la situation déjà très préoccupante de l’enseignement en France.

On commence malheureusement à être habitués aux appels à la mobilisation dans l’Education Nationale contre les suppressions de postes. Cela fait maintenant quinze ans que les effectifs de professeurs sont en nette régression. En tout, c’est plus de 100 000 postes qui ont été supprimés depuis 1997, dont 68 500 depuis le début du mandat de Nicolas Sarkozy. Tout au long de cette année,les personnels de l’Education, les jeunes scolarisés et leurs parents ont mené de nombreuses luttes contre le dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux qui détruit notre système éducatif. Sans surprise, ils n’ont pas été entendus par le gouvernement. Aujourd’hui,les syndicats de l’Education Nationale appellent à une nouvelle journée de mobilisation, le 27 septembre prochain.

Au delà de la sauvegarde d’emplois, il y a un autre enjeu à lutter contre ces suppressions de postes: empêcher la dégradation de la qualité de l’enseignement dans notre pays. Moins de profs, c’est plus d’élèves par classe, moins de temps à consacrer à chacun, et donc plus d’élèves en difficulté, voire en échec scolaire.

Le Conseil économique, social et environnemental et l’OCDE ont récemment démontré que l’école française, loin de réduire les inégalités sociales, ne faisait que les accroitre, et que les restrictions budgétaires et suppressions de postes entrainaient une aggravation du phénomène. Car bien sûr, les enfants de la bourgeoisie auront toujours les billes pour s’en sortir ; ce sont principalement ceux pour qui l’école reste le premier vecteur d’accès à la culture dominante (et donc à l’ascension sociale) qui paieront les pots cassés de la politique actuelle.

Ainsi, au lieu d’offrir à la jeunesse les clefs de son émancipation et de son épanouissement, les plans de pseudo-économies du gouvernement tendent à réduire l’accès des classes populaires au savoir et à les enfoncer dans toujours plus de précarité.

Rejoindre la mobilisation du 27 septembre contre la casse de l’école publique, c’est défendre l’égalité d’accès au savoir et affirmer son refus de sacrifier la jeunesse populaire pour économiser des bouts de chandelles !

Bien sûr, il ne s’agit pas de s’enflammer sur une simple journée d’action : s’il est nécessaire d’y participer pour faire entendre notre voix, cette manif n’influera pas radicalement sur la politique éducative de l’Etat. Pour cela, il va falloir s’organiser durablement.

Il y a encore quelques années, les lycées étaient des lieux politisés, des bastions de contestation que l’individualisme a progressivement transformé en déserts, laissant le champ libre aux régressions sociales. Aujourd’hui, enrayer la machine à broyer des élèves passe par la reconstruction de structures de contre pouvoir sur les lycées, capables de démonter les discours gouvernementaux et de riposter aux attaques contre les conditions d’éducation.

Manifestons !

Mardi 27 septembre, 14H

Devant l’inspection académique

Tract en pdf en pièce jointe : L’éducation est un combat

Publicités

Étiquettes : , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :